Notre histoire

Découvrez les jalons importants de notre histoire

La plupart des gens de nos jours associent le YMCA à des installations sportives et des piscines. Mais ce n’est là qu’une partie de notre héritage.

Le YMCA - fondé à Londres, en Angleterre, par George Williams en 1844 - avait déjà à l’époque une mission sociale. Il cherchait, dès ses origines, à contrer les impacts malsains de la Révolution industrielle sur les travailleurs.

Le lien du YMCA avec le Québec est particulièrement fort. Le tout premier YMCA en Amérique du Nord a en effet ouvert ses portes à Montréal en 1851. Il était alors à l’angle des rues Ste-Hélène et des Récollets, dans ce qui est aujourd’hui le Vieux-Montréal.

À l’exception du volet religieux originel, les YMCA du Québec sont demeurés fidèles à la mission établie en 1851 en offrant alors des cours du soir aux travailleurs pour qu’ils puissent développer «leur esprit, leur tête et leur corps».

Notre histoire est un mélange de continuité et d’évolution. Nous nous sommes constamment adaptés pour répondre aux besoins de la communauté et continuons de le faire encore aujourd'hui:

25 novembre 1851 – Le premier YMCA nord-américain voit le jour à Montréal.

1853 – Le premier travailleur social du YMCA met sur pied un programme pour aider les démunis et réduire la pauvreté parmi les immigrants.

1854 – Le YMCA ouvre la première bibliothèque publique à Montréal et commence à offrir ses services dans la Ville de Québec.

1860 – Le YMCA s’établit à Pointe-Saint-Charles.

1870 – Des cours du soir sont offerts pour la première fois à tous, y compris aux femmes et immigrants — jusque-là, l’éducation était un privilège réservé aux hommes faisant partie de l’élite.

1876 – Le YMCA s’installe dans le secteur de l’avenue du Parc.

1880 – La Ville de Québec inaugure son premier centre YMCA sur la Place D’Youville.

 BANQ, P546, D3,P6 FRED C. WÜRTELE

1890 – En avance sur son temps, le YMCA commence à offrir des sports et des activités physiques, qui deviennent un élément clé de son offre.

1891 – James Naismith, un instructeur canadien du YMCA, invente le basketball à la YMCA International Training School à Springfield, Massachusetts (un autre instructeur du YMCA invente le volley-ball en 1895).

1894 – Le Camp YMCA Kanawana ouvre ses portes à Saint-Sauveur et devient le premier camp de vacances au Québec.

1910 – Les YMCA canadiens lancent un programme national d’enseignement de la natation.

1912 – Afin de répondre aux besoins des communautés, le YMCA mène son premier sondage exhaustif sur les conditions de vie à Montréal. Westmount devient la cinquième communauté au Québec à accueillir un YMCA.

1926 – Les cours du soir offerts par le YMCA mènent à la fondation du Collège Sir George Williams (ensuite devenu l’Université Concordia).

1940 – Le YMCA érige un centre communautaire et sportif doté de son propre parc à Notre-Dame-de-Grâce.

1956 – Afin de répondre aux défis d’une communauté très jeune et en pleine expansion, le YMCA s’installe dans l’Ouest-de-l’île.

1960-1970 – Le YMCA oriente ses activités vers la prévention et l’intervention sociale. Ses employés font figure de pionniers dans le travail de rue auprès des toxicomanes.

1964 – Auparavant ouvert uniquement aux protestants, le YMCA accueille dorénavant tout le monde et devient un organisme entièrement bilingue.

1965 – Pour les immigrants, apprendre le français devient plus facile suite à l’ouverture de l’École internationale de langues YMCA, qui, aujourd’hui, enseigne 9 langues.

1969 – Le YMCA lance des projets visant à intégrer la population immigrante en pleine croissance.

1970-1980 – Répondant aux besoins croissants des familles dont les deux parents travaillent et mettant de l’avant de nouvelles idées en matière de développement de l’enfant, le YMCA crée des garderies ainsi que des programmes préscolaires et après l’école. 

1977 – Centraide du Grand Montréal alloue des fonds au YMCA dans le but de soutenir certaines activités communautaires. Le YMCA ouvre un centre communautaire et sportif pour les résidents de Saint-Laurent.

1980 – Un neuvième YMCA ouvre ses portes à Montréal, cette fois dans Hochelaga-Maisonneuve.

1980-1990 – Répondant à l’accroissement du chômage, le YMCA crée des centres jeunesse et des services d’emploi. Le secteur du développement communautaire est élargi de manière à inclure les initiatives de justice, les droits des minorités et le développement urbain. Le nombre de partenariats continue d’augmenter.

1984 – La Résidence YMCA commence à accueillir des demandeurs du statut de réfugié. La Fondation des YMCA du Québec est également créée afin d’assurer l’avenir du Y grâce à la générosité de donateurs.

1984 – Le YMCA Guy-Favreau ouvre ses portes dans le but d’offrir des activités physiques ainsi que des services sociaux et de santé à la communauté chinoise de Montréal.

1999 – YMCA Alternative Suspension renforce le travail du Y sur les enfants, les jeunes et la réussite scolaire, et devient un programme national.

2007 – Le Camp YMCA Kanawana se dote d’installations, d’infrastructures et de programmes de développement durable et renforce sa programmation pour sensibiliser davantage les jeunes à l’environnement.

2010 – Le YMCA Cartierville ouvre finalement ses portes grâce à l’initiative d’un groupe de citoyens engagés. Ce projet marque le début d’une nouvelle ère de partenariats entre les YMCA du Québec, les arrondissements montréalais, la Ville et le gouvernement provincial.

2011 – L’Hôtel de Ville de Montréal reconnaît officiellement les 160 années d’engagement communautaire et de responsabilité sociale du YMCA, et invite le Y à signer le Livre d’or.

2015 – La Ville de Montréal demande au YMCA de recruter les bénévoles nécessaires pour procéder à son premier dénombrement des personnes itinérantes. Le YMCA recrute et forme 600 bénévoles et chefs d’équipe.

2016 – Le gouvernement du Québec choisit le YMCA pour diriger son premier programme subventionné visant à prévenir la radicalisation, la délinquance et la violence des gangs chez les jeunes.

2016 – La Ville de Québec et le YMCA forment un partenariat en vue de la construction et de l’exploitation d’un nouveau YMCA dans le quartier Saint-Roch.